La culture de la consoude présente de nombreux avantages. Découvrez comment cultiver cette herbe vivace et pourquoi elle fait son entrée dans les jardins cultivés en permaculture.

Il y a plusieurs années, une amie m’a donné une consoude. Elle m’avait vanté les nombreux avantages de la culture de la consoude. J’étais enthousiaste, mais un peu sceptique quant à cette soi-disant super plante. Cette plante pouvait-elle vraiment avoir un si grand impact ? Après une saison, j’ai constaté que cette plante a contribué à améliorer la santé de mon sol. C’est pourquoi je l’ai alors bouturé pour avoir d’autres plants !

C’est une plante vivace. Elle pousse un peu partout. Comme de la mauvaise herbe ! Ainsi, elle tolère une grande variété de conditions de culture. Néanmoins, j’ai tout de même constaté qu’elle pousse mieux en plein soleil ou à mi-soleil et dans un sol riche et ameubli. 

Mais peut importe l’exposition de votre jardin, cette plante est fabuleuse ! Tout les jardiniers qui recherchent des plantes qui sont multifonctionnelles pour aider leur jardin à produire des fruits, des fleurs ou des légumes devraient songer à planter de la consoude.

 

Avantages écologiques de la culture de la consoude

  • Attire les pollinisateurs avec ses fleurs en forme de clochettes bleues, roses, violettes ou blanches.
  • Fournit un habitat pour les insectes bénéfiques sous ses énormes feuilles, ce qui aide à garder le jardin sans parasites.
  • Fertilise avec un paillis riche en nutriments. Utilisez les feuilles à croissance rapide comme paillis vert fertilisant ou engrais vert.

Cultiver la consoude, comme plante médicinale pour soigner les d’agressions cutanées telles que les petites brûlures et blessures,

Depuis des siècles, on se sert des racines et des feuilles de consoude pour leurs propriétés médicinales.

La consoude est utilisée depuis longtemps pour traiter toute une série d’affections médicales, dont les suivantes : troubles digestifs, problèmes pulmonaires, arthrite, ulcères, ecchymoses, plaies, foulures/entorses, brûlures, affections gingivales, maux de gorge, hémorroïdes, varices, rhumes, pied d’athlète, coupures, abcès, ménorragies (règles anormalement abondantes), cancer, angine de poitrine, fractures.

Autrefois, on attribuait à la consoude la propriété de faciliter la consolidation des fractures et la cicatrisation des plaies, ce qui lui a valu son nom (du latin consolidare, qui signifie « consolider, affermir »). 

Le secret de la consoude? Il s’agit de son principe actif : l’allantoïne.

C’est le composé qui confère à la consoude ses exceptionnelles propriétés cicatrisantes.

On l’utilise généralement en usage topique.

Apprenez à fabriquer une pommade à la consoude pour profiter de ses propriétés extraordinaires. Vous voulez profiter de tous les avantages d’une pommade à la consoude mais vous n’avez pas le temps de la faire vous-même ? J’achète parfois la pommade  Dr Theiss aux herbes de haute qualité, cultivée à la ferme et fabriquée à la main.

Je suis sûre que vous n’êtes pas surpris d’apprendre que la consoude est l’une de mes herbes préférées à cultiver dans le jardin médicinal !

 

La cultiver

La consoude est une plante très prolifique. Contrairement à la plupart des autres améliorants du sol, la consoude est une plante vivace. Elle repoussera d’une année à l’autre, même sans être montée à graine, à chaque endroit ou une de ses racines sera présente en sous-sol. Il est d’ailleurs particulièrement difficile de l’éradiquer d’une zone où elle s’est établie puisque ses très longue racines (allant jusqu’à 1m50, voir 2m) cassent facilement à l’arrachage, laissant dans le sol de nombreux rejets qui chacun redonneront un nouveau plan l’année suivante. Donc choisissez avec soin l’endroit où vous souhaitez implanter de la consoude.

Les consoudes se reproduisent en libérant un grand nombre de graines ce qui les rend dans un jardin assez envahissantes. L’idéal c’est donc de couper la plante avant qu’elle ne fleurisse afin d’éviter qu’elle vous envahisse.  Vous pouvez couper le feuillage quatre à cinq fois par an pour en faire du paillis ou de l’engrais vert sans nuire à la plante.  

 Si vous voulez être certain de ne pas vous faire envahir par la consoude, il est possible de mettre en place des cultivars qui ne produisent pas de graines comme la « Bocking 14 ». 

La consoude « Bocking 14 » est un hybride. Il provient du croisement de la consoude rugueuse (Symphytum Asperum) et de la consoude officinale (Symphytum Officinalis). Cette consoude hybride a l’avantage de ne pas être pas envahissante. En effet, cette variété, stérile, ne se reproduit pas par graine mais par bouturage.

Cet aspect est loin d’être négligeable car la consoude est très résistante, même au Round-Up !

Multiplier la consoude 

 Même si vous optez pour une variété hybride vous pourrez tout de même la multiplier, par bouturage des racines. Il suffit de les fragmenter en petits tronçons de 5 à 10cm de racine, puis de les mettre directement en terre à 70 cm de distance les uns des autres dans tous les sens. Il est recommandé de pratiquer le bouturage entre la mi-février jusqu’en novembre. Cela laisse une grande période pour planter.

Cultiver la consoude pour obtenir de la biomasse (paillis, engrais vert) 

La consoude est également une plante à croissance rapide. Ainsi de nombreux jardiniers en permaculture la cultivent car elle fabrique une « biomasse » considérable. Sa composition est similaire à celle d’un bon compost, avec trois fois plus de potasse. C’est pourquoi il est possible d’utiliser la consoude paillage ou l’engrais vert.

C’est également ce qui fait vraiment de cette plante une star dans le jardin en permaculture! Elle a la capacité à nourrir le sol grâce à ses feuilles riches en nutriments. Un paillage avec des feuilles de consoude assure le transfert de ces nutriments vers le sol.  Pour les jardiniers qui recherchent des engrais non issus d’animaux, ni de l’agrochimie, cette plante offre une source précieuse de nutriments.

Réaliser un purin de consoude

On utilise toutes les parties aériennes de la plante à raison de 1 kg de plantes fraîches pour 10 litres d’eau de pluie, l’eau du robinet contenant du chlore ne permet pas d’obtenir un produit de qualité et efficace. Le tout est mis à macérer dans un récipient en terre, en bois ou en plastique mais jamais en métal que l’on couvre partiellement pour permettre le passage de l’air. Il faut remuer tous les jours pour permettre une fermentation aérobie. Au bout d’une semaine ou deux, selon la température externe, la solution ne doit plus mousser, le purin est prêt à être utilisé. Pour l’utiliser il faut le filtrer et le diluer à 5% pour le pulvériser sur les plantes ou à 10% pour un arrosage au pied des plantes. 

Le purin de consoude est aussi un excellent activateur pour le compost

Remarques 

La consoude et l’ortie ont des compositions chimiques qui se complètent, l’ortie apportant l’azote manquant à la consoude, c’est pourquoi il est intéressant de les utiliser en même temps.

 

Vous l’aurez donc compris ! La consoude est une plante aux usages potentiels multiples dans le jardin et qui peut se révéler précieuse pour fertiliser un sol (en n’utilisant que les feuilles) ou le revitaliser (par un purin ou une décoction). Elle peut aussi servir à activer le compostage, réaliser un paillage ou alimenter les auxiliaires (nectarivores). Dans un petit jardin 3 à 5 plants sont suffisants, on peut les mettre en place un peu partout, en pensant à leur développement qui ne doit pas gêner les plantes cultivées. 

Découvrez également

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un astérisque *.